Le premier essaimage 2024

Surprise surprise, étonnement total lors de mon passage au près du rucher accroché au cabanon de jardin, le bruit intense me fait lever les yeux vers une nuée d’abeilles! Plusieurs milliers d’entre elles étaient en cours d’essaimage. L’atterrissage de l’essaim s’est effectué quelques mètres plus loin dans la haie arbustives constitué notamment de framboisier fleurs en pleine fleuraison.

Ajoutez votre titre ici

Première visite des hausses après 7 jours de pose

A notre grande surprise les hausse sont déjà pleine pour certaine, il faut en urgence mettre une seconde hausse pour que la colonne ait de la place. Les arbres sont totalement en fleurs, cerisiers, poiriers, pruniers, les pommiers commence a fleurir. Tout cela sans compter sur l’aide du colza, non loin du rucher un champ de plusieurs hectare d’un jaune intense permet a nos butineuses de rentrer un miel de qualité et en quantité.

Sans surveillance, il est probable que des essaimages se crées. Il faut donc redoubler de vigilance au abord et dans le rucher.

Les arbustes d’ornementations ne sont pas en reste les lauriers fleurs par exemple, sans compter l’explosion de fleurs a venir sur toutes les plantes.

 

La pose des hausses a eu lieu

La pose des hausses a eu lieu en avance cette année par rapport une date théorique. L’avance est vraisemblablement dû a un hiver peu rigoureux ce qui nous laissent pensé que les colonies sont en pleine forme. Cela s’était quelques peut vérifié lors de la pré visite de printemps.

Nous avons donc une activité intense avec des abeilles qui se délectent des premières fleurs de notre verger. La bonne quantité de couvain permet d’avoir une grande activité d’abeilles, l’abord des ruches est envahi d’un bruit sourd de bourdonnement incesssant.

Une petite visite pré-printaniére

Nous avons fait une découverte prometteuse lors de la visite de prè-printemps aux ruches. Des signes de vitalité rayonnaient dans les colonies d’abeilles alors que nous observons des essaims dense de couvain et des réserves de miel relativement abondantes.

La visite, qui a eu lieu hier et a révélé que les abeilles sont en bonne santé et prospèrent.

Nous avons noté que les colonies étaient dynamiques et actives, avec des reines en bonne santé à leur tête.

Une petite visite de loin

Une petite visite de loin pour voir si tout va bien. Et puis une trés bonne surprise !

Elles sont de sortie en nombre important. Elles s’activent au nettoyage et a l’inspection des alentours. Bref un  démarrage en fanfare pour nos abeilles, mais attention au retour d’une météo moins printanière. N’oublions pas que nous sommes toujours en hiver et que la douceur de ce mois de février n’est pas tout a fait normale…..

4 Janvier 2024   11h    8° – 9°C

Quelques beaux rayons de soleil. Des éclaireuses sont de sortie pour explorer les maigres ressources à  l’extérieur de la ruche. La période et le temps ne se prêtent pas à une quelconque floraison.

Le sac de nourriture est accessible grâce à un muselet de bouteille, permettant ainsi que les abeilles passent dessous pour aller se ravitailler. Le tout recouvert d’un coussin souple, réaliser dans une couverture de survie. Elle ne craigne pas d’avoir froid en venant se rassasier.

 

Une visite rapide du rucher

L’hiver est une période de repos pour les abeilles, et le rucher prend une apparence calme et silencieuse.

En approchant du rucher en hiver, vous remarquez que l’activité extérieure est réduite. Les abeilles sont moins actives par temps froid, et beaucoup d’entre elles restent à l’intérieur de la ruche pour conserver la chaleur.

En examinant l’entrée de la ruche, vous pouvez voir quelques abeilles qui sortent et entrent. Ces abeilles font partie de la « brigade de nettoyage » qui élimine les débris de la ruche, comme les déchets ou les abeilles mortes.

En ouvrant doucement le couvercle de la ruche, vous observez les abeilles à l’intérieur. Elles forment souvent une grappe autour de la reine pour maintenir la chaleur. L’utilisation d’un outil d’inspection peut être limitée en hiver pour éviter la perte de chaleur.

Une vérification des réserves de nourriture s’impose. En hiver, les abeilles dépendent des réserves de miel stockées dans la ruche pour survivre. S’il y a des cadres de miel bien scellés, cela indique que les abeilles ont suffisamment de nourriture.

En hiver, il est essentiel de minimiser les perturbations. Les abeilles ont besoin de conserver leur chaleur, et une exposition prolongée au froid peut être préjudiciable.

En résumé, une visite du rucher en hiver est une expérience calme et paisible. C’est le moment où les abeilles se reposent et se préparent pour la saison suivante. Nous veillons à ce que les colonies aient suffisamment de réserves pour survivre jusqu’au printemps. Il ne faut surtout pas perturber inutilement les abeilles pendant cette période de repos.

L’ouverture rapide du couvre cadre permet de s’apercevoir que l’activité est intensive à l’intérieur. Elles ont commencé à venir manger la nourriture mis à leur disposition au dessus du couvre cadre. Elles ont l’air en pleine forme, ravies de se faire prendre en photo. De vraies starlettes!