Les Apiacées (famille du céleri)

Les fleurs de cette famille sont reconnaissables grâce à leurs inflorescences disposées en baleine de parapluie, les ombelles. Cette particularité leur a d’ailleurs valu leur ancienne appellation d’ « ombellifères ». Leurs fleurs sont souvent colorées, variant du blanc au jaune-vert ou rose et sont facilement accessibles à tous les insectes butineurs. Leur nectar est très attractif.
Elles sont nombreuses à être comestibles : la carotte sauvage, le persil, le cerfeuil ; le fenouil, la coriandre, l’anis, le panais commun… La cigüe est, quant à elle, très dangereuse.

Les Astéracées (famille des Aster)

C’est l’une des plus importantes familles botaniques. Par erreur, on appelle fleur ce qui
est en fait un capitule, c’est-à-dire des centaines de fleurs miniaturisées, placées côte à côte sur un réceptacle élargi. La profusion de ces fleurs serrées les unes contre les autres facilite grandement le travail des insectes et les chances de rencontrer le pollen et les stigmates (extrémités souvent collantes sur lesquelles se déposent les grains de pollen transportés par les insectes). L’achillée millefeuille, la chicorée sauvage, le bleuet des champs font partie de cette famille. Les abeilles trouvent et apprécient, au  printemps, le pissenlit, et de la fin de l’été à l’automne, la verge d’or (évitez cependant la variété Solidago Canadensis qui a tendance à devenir envahissante par ses rhizomes* souterrains).